Archive for octobre 2006

h1

Ils ne lâchent pas la Grappe

octobre 25, 2006

Eté invité hier soir à déguster la gastronomie italienne de la nouvelle Grappe d’Or, à Lausanne. Le charmant Jean-Jacques Gauer, pour le Lausanne Palace, Christian Marich, ex-Beau Rivage et hôtelier talentueux, et les frères Baumberger, propriétaires fonciers discrets, ont en effet relancé cette adresse chérie de la jet-set lausannoise. Le résultat n’est pas chichiteux et l’atmosphère a su se faire décontractée, malgré le carnet d’adresses volumineux de tout ce beau monde.

Aimé cette bresaola posée sur sa salade et cette bruschetta aux pignons. Adoré ces raviolis parfumés à la truffe noire. Apprécié sans plus ce loup de mer cuit dans une poche plastique où l’on retrouve pommes de terre et tomate: le romarin était par trop discret. Admiré la joliesse d’un trio de desserts classiques. Dégusté d’excellents vins italiens. En résumé, l’adresse est fort sympathique et goûteuse. Les prix, eux, sont corrects pour ce niveau de cuisine. Plats du jour très honnêtes à midi, et carte avec des plats autour de la quarantaine de francs. Les antipasti ne sont pas bon marché.

Après trois semaines de « soft opening », c’est déjà souvent complet!

Cheneau-de-Bourg 3, Lausanne. Tél. 021 323 07 60. Ouvert tous les jours sauf le dimanche (pour le moment).

Publicités
h1

Juste pour rire

octobre 20, 2006

Je buvais un café hier avec un collègue genevois, qui a conservé quelques vignes de son père paysan. Ca l’amuse de cultiver 2000 m2 tout seul et de livrer à la Cave de Genève. Quand il m’a expliqué qu’il allait devoir arracher ses vieilles vignes et replanter, je lui ai demandé quel cépage il allait mettre. Réponse: « Du chasselas, ce sera bientôt une spécialité… »

h1

Tout en beauté

octobre 19, 2006

Livre CrisciToujours difficile d’écrire sur un copain. Mais il faut le crier haut et fort, le bouquin de Carlo Crisci est magnifique. Surtout, il lui ressemble, à lui qui aime l’épure et le graphisme. En feuilletant les pages, on se sent comme transporté dans l’univers intérieur du chef. Un chef qui ne cesse d’innover, d’essayer et qui, surtout, n’hésite pas à renoncer aussi quand il s’aperçoit qu’une de ses idées n’est pas bonne. Oh, bien sûr, il l’aura poussée à ses limites avant, histoire de se convaincre. Cette honnêteté paie et Crisci reste, à bientôt 50 ans, un jeune homme fougueux et passionné. (Equilibre, Ed. Favre, 92 francs)

On regrette alors que celui qui fasse l’actualité ces jours soit Denis Martin (merci GaultMillau et surtout merci Le Matin). Bien sûr, le chef de Vevey ose, parfois en imitant, mais il ose. Mais c’est sur la durée qu’on juge les chefs, entre ceux qui ont eu une bonne idée, ensuite cent fois répétée et déclinée, et ceux qui ne cessent d’inventer et de se remettre en question. La première occasion d’en juger viendra l’année prochaine, puisque Denis Martin prépare son livre chez Favre, comme tous les grands cuisiniers romands qui se respectent et que l’éditeur juge « vendable ». Avec la soudaine médiatisation de Martin, il n’est donc pas étonnant qu’il entre dans cette catégorie…

h1

Trois Afghans en paix

octobre 11, 2006

La gastronomie aide à voyager et à comprendre le monde aussi. L’autre soir, un collègue afghan m’a invité à découvrir son nouveau bistrot de prédilection… Chez l’Afghan, à Pully. La cuisine afghane, effectivement, manquait à mon expérience. Mais je ne connaissais pas grand-chose au pays non plus, hormis ce qu’on peut en lire à la page internationale des journaux. Drogue, attentat, talibans, etc. Installé à table, nous avons donc dégusté une dizaine d’excellentes spécialités , pendant que mon collègue et les trois frères Haider me racontaient leur pays, sa douceur, leurs souvenirs vieux de vingt ans, leur envie de retourner au moins une fois chez eux. Il y avait tant de nostalgie dans les paroles de ces émigrés que je me sentais chanceux de vivre dans un pays calme, parfois trop calme peut-être, mais où mes racines étaient toujours plantées, ma famille à mes côtés, mes amis pas forcément disséminés aux quatre coins du monde.

Et sur la table? Des entrées toutes simples, avec des légumes tout simples (poireaux, pommes de terre, épinards, pois chiches), de la viande aussi (mouton, poulet, boeuf). Des plats où riz et raisins secs se mêlent, où le coriandre est très présente. Une cuisine aux goûts bien présents, mais où le piment est présenté à part, en pâte que chacun ajoute comme il l’entend. Sur la table aussi, le pain, la sauce au coriandre, les légumes au vinaigre. Le service est encore jeune, aucun des frères n’était dans la restauration avant le lancement de leur aventure, une aventure vécue comme un hommage au pays qu’ils regrettent.

Chez l’Aghan, ch. des Roches 1, 1009 Pully. Tél. 021 729 91 80. Fermé le samedi midi et le dimanche (susceptibles de changement). Les Haider font également traiteur et vendent à l’emporter.

h1

Un Indien très lounge

octobre 6, 2006

Il faut parfois passer la frontière, même très peu, pour faire un beau voyage. En plein centre de Divonne, au coeur d’un patio moderne, voici le Karishma Lounge, un endroit très tendance où on peut boire un verre dans un décor tout de bois foncé et de lumière douce. Mais on peut aussi y manger à midi un menu express à 9€90 ou y déguster midi et soir une belle gastronomie indo-pakistanaise. Pour une fois qu’un resto indien ne sent pas le bon marché, il est utile de le signaler. Là, le service est classe, l’environnement luxueux, les prix corrects et la cuisine excellente.
Karishma Lounge, 76, Grand-Rue, 01220 Divonne-les-Bains. Tél. 0033 4 50 99 07 07. Ouvert 7/7.