Archive for the ‘lausanne’ Category

h1

Ca y est: le nouveau Coup de fourchette est sorti

avril 22, 2009

Le Coup de fourchetteC’est toujours une émotion quand le guide arrive de l’imprimerie, encore tout frais, avec une petite odeur de papier et d’encre indéfinissable. Le nouveau guide gastronomique de 24 heures, le Coup de fourchette, m’est arrivé aujourd’hui. Ca n’a l’air de rien, mais c’est l’aboutissement de semaines de travail, de tests, de vérifications, de revérifications, de corrections. Mais le bébé est beau. Il faut dire qu’on a tout changé… sans changer l’esprit. Je m’explique.

L’esprit est le même, à savoir un guide des restaurants qu’on aime. La consigne à notre petite équipe de testeurs est de ne choisir que des restaurants qu’ils conseilleraient à des amis, quel que soit le genre. Ca ne vous arrive pas, à vous, de demander à un copain « T’irais où pour manger une fondue? » Eh bien, avec le Coup de fourchette, on essaie de répondre à ça. Les 307 restaurants qui y figurent ne sont pas tous des gastros hauts de gamme et chers, il y a de tout, depuis le bistrot à fondue jusqu’au trois-étoiles Michelin.

Alors, qu’est-ce qu’on a changé, me direz-vous? Le format, d’abord, plus petit, plus pratique, facile à glisser dans la poche intérieure d’une veste ou dans un sac à main. Le graphisme, le logo, la couverture, ensuite, pour être plus moderne, plus lisible. Le nombre de restaurants (307 au lieu de 230!). La couverture régionale, puisqu’on a vraiment les meilleurs restos de Suisse romande, même si Vaud est un peu surreprésenté, évidemment. Les textes, eux, sont plus courts, plus incisifs. Des types de tables ont fait leur apparition pour aider au choix (bistrots, traditionnelles, modernes, créatives ou d’ailleurs).

Et tout ça pour 34 francs (29 pour les abonnés…). C’est vraiment donné…

Pour commander: shop.24heures.ch

Publicités
h1

Lausanne-Phuket tout simplement

mars 5, 2007

On l’avait un peu raté ces derniers dix-huit mois, juste parce qu’un énorme échafaudage camouflait l’immeuble. Les travaux sont finis, on a découvert le Phuket, tout petit restaurant thaï du chemin du Closelet (sous la Migros vers la gare…). Et on a bien fait. La décoration est toute simple, mais agréable. Les vingt-cinq places assises sont souvent prises, spécialement à midi où il vaut mieux réserver. Mme Santisombutkasam reçoit avec une gentillesse évidente. Et on mange fort bien à des prix riquiquis. Read the rest of this entry ?

h1

Luxe, calme et volupté

février 13, 2007

Le TribecaBon, d’accord, je n’ai pas beaucoup posté ces derniers jours. Désolé pour les milliers de lecteurs de ce blog… Bon, revenons aux choses pas sérieuses. Hier soir, donc, on a testé le Tribeca, le resto de la place Auberjonois (juste sous la place de la Riponne), à Lausanne. Il y avait eu le Jet Lag, rendez-vous homo branché, puis Adriano Tosto avait tenté un truc plus orienté produits, La Cantine, mais sans succès. L’endroit a donc été repris par deux nouveaux patrons, anciens de l’Ecole hôtelière. Ils en ont gardé l’esprit lounge + resto, avec une déco assez habile. Coin fauteuils en simili-cuir à gauche, ambiance tamisée. Et restaurant à droite, clairement séparé entre fumeurs et non-fumeurs.

Read the rest of this entry ?

h1

Deux boucheries comme on les aime

décembre 22, 2006

viandeA l’heure des Fêtes, on cherche toujours le produit le plus raffiné, le nec plus ultra. L’occasion aussi pour moi de vous proposer deux bonnes adresses de boucherie à Lausanne, vous savez, ces magasins où les bouchers aiment leur métier, ne commandent pas en gros n’importe où et mettent un soin particulier à rassir la viande. Une viande rassie est parfois moins belle à regarder dans l’étalage pour ceux qui apprécient la couleur rose d’une viande qu’ils pensent fraîche. Alors que le boeuf devrait être bordeaux, signe qu’il a suffisamment patienté en chambre froide, que l’eau a eu le temps de s’évaporer plutôt que de venir noyer votre poêle au moment de la cuisson. En plus, c’est économique parce que l’eau que vous trouverez au fond de la poêle, vous l’avez payée au prix du filet comme le reste.

Honneur, donc, à MM. Freiburghaus et Perroud. Le premier tient la boucherie de l’avenue de Cour 38. Sa viande est superbe, et il fait les meilleurs pâtés du monde, artisanaux, avec de la belle farce et une pâte… ah, sa pâte. Le second officie à la boucherie de Montelly No 1, et il y propose aussi de très belles spécialités. La pintade que nous allons manger à Noël vient de là et elle est magnifique.