Archive for the ‘Terrasse’ Category

h1

Ca y est: le nouveau Coup de fourchette est sorti

avril 22, 2009

Le Coup de fourchetteC’est toujours une émotion quand le guide arrive de l’imprimerie, encore tout frais, avec une petite odeur de papier et d’encre indéfinissable. Le nouveau guide gastronomique de 24 heures, le Coup de fourchette, m’est arrivé aujourd’hui. Ca n’a l’air de rien, mais c’est l’aboutissement de semaines de travail, de tests, de vérifications, de revérifications, de corrections. Mais le bébé est beau. Il faut dire qu’on a tout changé… sans changer l’esprit. Je m’explique.

L’esprit est le même, à savoir un guide des restaurants qu’on aime. La consigne à notre petite équipe de testeurs est de ne choisir que des restaurants qu’ils conseilleraient à des amis, quel que soit le genre. Ca ne vous arrive pas, à vous, de demander à un copain « T’irais où pour manger une fondue? » Eh bien, avec le Coup de fourchette, on essaie de répondre à ça. Les 307 restaurants qui y figurent ne sont pas tous des gastros hauts de gamme et chers, il y a de tout, depuis le bistrot à fondue jusqu’au trois-étoiles Michelin.

Alors, qu’est-ce qu’on a changé, me direz-vous? Le format, d’abord, plus petit, plus pratique, facile à glisser dans la poche intérieure d’une veste ou dans un sac à main. Le graphisme, le logo, la couverture, ensuite, pour être plus moderne, plus lisible. Le nombre de restaurants (307 au lieu de 230!). La couverture régionale, puisqu’on a vraiment les meilleurs restos de Suisse romande, même si Vaud est un peu surreprésenté, évidemment. Les textes, eux, sont plus courts, plus incisifs. Des types de tables ont fait leur apparition pour aider au choix (bistrots, traditionnelles, modernes, créatives ou d’ailleurs).

Et tout ça pour 34 francs (29 pour les abonnés…). C’est vraiment donné…

Pour commander: shop.24heures.ch

Publicités
h1

Belle viande au-dessus de Cossonnay

janvier 22, 2007

Mangé l’autre soir à l’Auberge de La Chaux, au-dessus de Cossonay. Dans cette grande bâtisse bien rénovée, la décoration est lumineuse et simple. Il y a toujours le café où les habitués viennent boire leur bière ou leurs deux de blanc. Et deux salles à manger, l’une fumeur, l’autre pas. Aux commandes, les Rondot. La carte est courte, mais elle propose quelques spécialités classiques bien réalisées.

Read the rest of this entry ?

h1

Un risotto pour se remettre

janvier 3, 2007

La Villa d’EsteJe ne sais pas si vous connaissez la Villa d’Este, au bord du Lac de Côme. Cet endroit hors du temps, baroque en diable, romantique à outrance, est également réputé pour sa table où ont officié quelques chefs renommés. Ils ont eu l’excellente idée de m’envoyer leurs voeux sous la forme d’une petite brochure qui recense quelques recettes de leur carte. J’ai sélectionné (et traduit!) pour vous le risotto aux crevettes alla Certosina. Read the rest of this entry ?

h1

Une petite excursion?

décembre 20, 2006

Là-haut sur la montagne, au-dessus d’Ollon, l’est un vieux chalet. Dans le chalet, il y a les Schuler. Dehors, la nature. Jean-Pierre peint des tableaux qui ne sont pas trop à mon goût. Mais Jean-Pierre fait aussi à manger, et là c’est à mon goût. Une cuisine de terroir raffinée. Il vient de lancer sa carte d’hiver et promet de rester ouvert pendant les Fêtes, sauf les mercredis. En salle, c’est Christine, adorable, chaleureuse et cordiale. Alors, si vous ne savez pas quoi faire pendant les vacances, grimpez à Plambuit!

Restaurant de Plambuit, 1867 Ollon. Tél. 024 499 33 44. www.plambuit.com

h1

Un japonais à Lavaux

décembre 20, 2006

Le Vieux-Moulin a donc vécu. Ce restaurant au bord de la route cantonale jouit d’une situation exceptionnelle mais pas toujours d’une clientèle fidèle. Pour le remplacer, voici le Zen, qui comprend un wine et saké bar en été, sur la terrasse (donc pas accessible aujourd’hui…), un coin sushi qui respecte la tradition du rituel et un restaurant fusion, qui fait se rencontrer cuisine japonaise et d’ailleurs (carré d’agneau roti et son jus de beurre de soja, terrine d’anguilles au foie gras et sa compote de pommes au curry…)

Je ne suis pas encore allé, mais mon beau-fils y a fêté le Noël de son entreprise, et il a trouvé pas mal du tout. Vous y êtes déjà allés, vous?

Le Zen, 1098 Epesses, Tél. 021 799 55 40. Ouvert tous les jours si j’ai bien compris le site…

h1

Comme un chien truffier

décembre 11, 2006

Une belle truffe noireBon, ben, je vais passer pour quoi, là? Après vous avoir entretenu de foie gras, voilà que je vous parle de truffes! Quel snob, ce Dave! Mes excuses? Décembre cumule pour moi mon anniversaire et Noël. Autant de raisons de se lâcher un peu. Les truffes, donc, j’aime. Et Ariane en est folle. Raide dingue. Elle les renifle comme un chien truffier (non, je n’ai pas dit cochon truffier!). Et donc, pour mon anniversaire, nous nous sommes rendus à la Stella, à Pully, un resto italien improbable. D’abord, c’est une pizzeria, une bonne pizzeria où ils mettent des vrais produits sur la pâte. A la Stella, la pâte est épaisse, ce qui en fâche quelques-uns, qui ne jurent eux que par de la pâte ultrafine. C’est comme ça. A la Stella, les salles sont voûtées, c’est souvent très plein, c’est donc bruyant et parfois enfumé. C’est comme ça. Le patron peut être d’excellente humeur, mais il a ses jours gris aussi. C’est comme ça. A part ça, la nourriture est bonne, les vins italiens excellents, et la facture parfois salée. C’est comme ça.

En été, la terrasse est adorable. Et, en automne, le patron fait le plein de truffes noires et blanches. Il les propose sur une sélection de plats, forcément chers, franchement chers. C’est comme ça. Mais il peut vous en râper une belle couche sur n’importe quel plat de sa carte, contre un supplément de 25 balles. Et comme il fait un risotto au riz noir de derrière les fagots, on se laisse faire. On a longuement discuté avec lui pour savoir quelle truffe il fallait rajouter. On est tombés d’accord pour de la noire. C’était très bien. Ca vous met le risotto à passé 50 balles, mais c’était mon anniversaire, hein… Où j’ai trouvé exagéré, c’est qu’on avait demandé du jambon cru en supplément sur le risotto. Ils ont donc posé une (oui, une!) tranche de jambon merveilleux sur ledit risotto. Mais ils nous ont facturé 6 francs la tranche de jambon. Là, ils exagèrent. Mais c’est comme ça.

La Stella, Grand-Rue 22, 1009 Pully. Tél. 021 728 06 60.

h1

Dis voir, Louis!

novembre 6, 2006

Attention, chroniqueur fâché! Je m’étais déjà arrêté quelquefois au bar du Louis (au Flon) pour boire un de ces vins du monde qu’ils aiment à faire découvrir contre rançon. Ambiance cadre dynamique ou avocat en goguette, légère pagaille au service, décor design et bois, bruit de fond élevé. Mais ça passe. L’autre soir, un errement incompréhensible m’a poussé à vouloir manger un petit truc là-bas.

On réussit donc à dénicher deux places inconfortables sur les tables d’hôte (façon branchée d’empiler les clients), la serveuse vietnamienne sympathique mais incompétente nous jette une carte qui a bonne façon. Bon, un poil cher, mais on est au Louis, Monsieur, c’est royal… Un garçon prend notre commande en tentant un peu de pousser à la consommation (« Vous ne voulez vraiment pas une entrée pour patienter? Ou une petite salade? »).  Un autre nous amène nos verres sans pouvoir nous expliquer quels cépages les composent… Et une quatrième, rapidement (il n’y avait pas besoin de patienter…), nous pose nos assiettes.

De mon côté, un tartare de boeuf qui sortait du frigo, donc franchement froid, mais correct (28 fr. tout de même). En face, quatre saint-jacques (si, si, quatre!) et un accompagnement plutôt fit. A 38 balles, c’est pas donné. Mais si au moins c’était bon. Non, une sorte de sauce farineuse à la farine de farine constituait le seul goût des bébêtes. On ne m’y reverra pas, dans ce palais.