Archive for the ‘Terroir’ Category

h1

Un gentleman-vigneron

mars 4, 2007

Le DézaleyFranchement, je suis un garçon chanceux. L’autre jour, sur ce blog, André Rochat m’invitait à une soirée de dégustation à l’Auberge de l’Onde, à Saint-Saphorin, pour découvrir les vins de Louis Philippe Bovard, à Cully. Et j’ai eu bien raison d’accepter. Pour plein de raisons…

Read the rest of this entry ?

Publicités
h1

Belle viande au-dessus de Cossonnay

janvier 22, 2007

Mangé l’autre soir à l’Auberge de La Chaux, au-dessus de Cossonay. Dans cette grande bâtisse bien rénovée, la décoration est lumineuse et simple. Il y a toujours le café où les habitués viennent boire leur bière ou leurs deux de blanc. Et deux salles à manger, l’une fumeur, l’autre pas. Aux commandes, les Rondot. La carte est courte, mais elle propose quelques spécialités classiques bien réalisées.

Read the rest of this entry ?

h1

Une petite excursion?

décembre 20, 2006

Là-haut sur la montagne, au-dessus d’Ollon, l’est un vieux chalet. Dans le chalet, il y a les Schuler. Dehors, la nature. Jean-Pierre peint des tableaux qui ne sont pas trop à mon goût. Mais Jean-Pierre fait aussi à manger, et là c’est à mon goût. Une cuisine de terroir raffinée. Il vient de lancer sa carte d’hiver et promet de rester ouvert pendant les Fêtes, sauf les mercredis. En salle, c’est Christine, adorable, chaleureuse et cordiale. Alors, si vous ne savez pas quoi faire pendant les vacances, grimpez à Plambuit!

Restaurant de Plambuit, 1867 Ollon. Tél. 024 499 33 44. www.plambuit.com

h1

De la bonne viande

décembre 15, 2006

M. et Mme Huissoud, au Café des Amis de DengesDe temps à autre, une envie carnivore peut saisir chacun d’entre nous (sauf les végétariens, bien sûr…). Une des solutions lorsque ce besoin irrépressible vous prend consiste à aller à Denges, au Café des Amis. Là, dans une salle un peu bourgeo-ringarde, osons le dire, Régine Huissoud (que certains appellent Mme 4-Sous, puisque elle est la moitié du M. Huissoud qui règne en cuisine, lol) vous reçoit avec bagoût. Read the rest of this entry ?

h1

Bon anniversaire, Monique

novembre 16, 2006

Monique et Pascal GauthierSamedi prochain, c’est l’anniversaire de Monique Gauthier! D’accord, mais qui est Monique, me direz-vous. Monique tient avec son mari Pascal le Restaurant du Jorat, à Mézières, depuis de nombreuses années. Lui est en cuisine, avec un sacré talent et une belle technique. Elle est en salle, avec son petit sourire timide mais sa grande efficacité. D’un côté, le café, avec ses menus du midi à 17 fr. (entrée, milieu, dessert), parce qu’à Mézières, l’assiette du jour, ce n’est pas suffisant. De l’autre, le restaurant, tout frais tout pimpant, avec un excellent rapport qualité-prix.

Si c’est tout frais tout pimpant, c’est que les Gauthier ont eu leur lot de problèmes l’hiver dernier. Une canalisation qui saute, une inondation qui touche toute la vieille maison et leur outil de travail était fichu. Trois mois de fermeture, des travaux en cascade (!) dont les deux patrons ont pris leur charge, quelques bennes de gravat. En même temps, cette inondation a eu un effet très positif. D’abord les lieux se sont éclairés, modernisés, aérés, et sont devenus très sympas. Ensuite, le bonheur de la réouverture s’est senti dans les assiettes de Pascal avec une cuisine experte, ouverte et dynamique. Rien que du bonheur. Et un couple de patrons adorables.

Café-Restaurant du Jorat, Grand-Rue, 1083 Mézières. Tél. 021 903 11 28. Fermé les dimanche et lundi.

PS: Méfiez-vous tout de même d’une chose: les soirées de représentation au Théâtre du Jorat, il y a foule et deux services.

h1

Là-haut, sous la montagne

août 31, 2006

Bien sûr, la moitié d’entre vous sera incapable de situer Mollens sur une carte. Ce n’est pas vraiment l’endroit où on a l’habitude d’aller, et aucune route ne le traverse. Mollens, donc, est situé au pied du Jura, entre Bière et Montricher. Le village est calme. Au milieu, trône l’Auberge, derrière une façade décrépite.

Cela fait 16 ans que Guy Huck et sa femme se sont installés ici, dans une salle qui rappelle l’époque du Général Guisan, mais qui est assez confortable pourtant. Surtout, le rapport qualité-prix attire une grande clientèle d’habitués, qui viennent déguster des menus à 52 et 64 fr. des plus honorables. Hier soir, le premier partait sur un foie gras escalopé classique, mais parfaitement exécuté, et une caille désossée, elle aussi impeccable. Fromage ou dessert complètent l’offre. Le deuxième démarrait par une fricassée de bolets de saison, suivait par un turbotin bien saisi et épicé, et culminait sur un filet de boeuf de première qualité.

Surtout, Guy est chasseur à ses – rares – moments perdus. Cela se sait, et les week-ends d’automne affichent déjà presque tous complets, car sa chasse se déguste à Mollens.

1146 Mollens, Tél. 021 864 50 43.