h1

L’Escarbot du Landeron et un poulet au coco fastoche

juin 16, 2008

Mes derniers posts:

Sur 24heures, le récit de ma visite au restaurant L’Escarbot, au Landeron, qui vaut le détour (le restaurant, pas mon texte, évidemment…)

Sur mon blog privé, une recette Fin Bec de poulet au lait de coco et épices tirée de mon bouquin.

Bonne lecture.

h1

Denis Martin et Chili con carne

juin 9, 2008

Dernier billet sur mon blog 24heures: une visite chez le célèbre chef de la cuisine moléculaire en Suisse, Denis Martin.

Dernier billet sur mon blog privé: une recette amusante de Chili con carne, un plat mexicain, voire texan, mais pas chilien…

Bonne lecture.

h1

Mes derniers posts

juin 3, 2008

Quelques nouvelles de mes autres blogs.

Sur Hautetfort, une recette piquée à une fête de quartier, le gratin de médaillons de porc aux légumes.

Sur 24heures, la suite de mes recettes de l’Euro. Hutspot et Gâteau au café des Pays-Bas. Cassoulet toulousain et choucroute alsacienne pour la France. Gratin de bratwurst et crêpes de pommes de terre pour l’Allemagne.

Bonne lecture

h1

Mes nouveaux posts

mai 25, 2008

Sur http://leblogdedave.hautetfort.com/, une recette Fin Bec de Boeuf aux brocolis, façon chinoise

Sur http://davemog.blog.24heures.ch, une petite chronique sur la Grande Table de Morges.

h1

On déménage

mars 20, 2007

Eh, oui, ce blog va déménager dans de nouveaux habits tout beaux, tout neufs. A savoir ceux de la nouvelle plateforme de blogs de 24heures et de la Tribune de Genève.

Vous retrouverez donc mes futurs billets sur davemog.blog.24heures.ch.

Merci de me suivre.

h1

Lausanne-Phuket tout simplement

mars 5, 2007

On l’avait un peu raté ces derniers dix-huit mois, juste parce qu’un énorme échafaudage camouflait l’immeuble. Les travaux sont finis, on a découvert le Phuket, tout petit restaurant thaï du chemin du Closelet (sous la Migros vers la gare…). Et on a bien fait. La décoration est toute simple, mais agréable. Les vingt-cinq places assises sont souvent prises, spécialement à midi où il vaut mieux réserver. Mme Santisombutkasam reçoit avec une gentillesse évidente. Et on mange fort bien à des prix riquiquis. Lire le reste de cette entrée »

h1

Un gentleman-vigneron

mars 4, 2007

Le DézaleyFranchement, je suis un garçon chanceux. L’autre jour, sur ce blog, André Rochat m’invitait à une soirée de dégustation à l’Auberge de l’Onde, à Saint-Saphorin, pour découvrir les vins de Louis Philippe Bovard, à Cully. Et j’ai eu bien raison d’accepter. Pour plein de raisons…

Lire le reste de cette entrée »

h1

Le risotto de Fabienne

février 23, 2007

risotto aux truffesJe ne sais pas si vous êtes comme moi (mais si vous lisez ces billets, vous devez l’être un tout petit peu, non?), mais j’adôôôre le risotto. D’abord parce qu’il y a une humilité à préparer le risotto, une patience qui vous pousse à être zen. On ne peut pas faire un risotto en vitesse, il faut le mériter. Ensuite parce qu’on peut le préparer de mille manières, et que ce riz légèrement collant absorbe au mieux les divers parfums dont on l’assaisonne, les emmène pour promouvoir sa propre noblesse (qu’est-ce que je cause bien, quand même, lol). Lire le reste de cette entrée »

h1

Un dimanche à cookies

février 18, 2007

Cookie aux pépites de chocolatJe ne sais pas pourquoi, mais le dimanche est mon jour de pâtisserie, enfin quand j’en fais. Parce que le problème de la pâtisserie, c’est qu’après on la mange. Tenez, aujourd’hui, j’ai fait la recette de cookie de mon amie Debbie, et après, on en a mangé plein à la maison. Ah, toutes ces calories… La recette? Fascotte. Lire le reste de cette entrée »

h1

Un thon juste

février 15, 2007

Vous avez fait quoi, vous, pour la Saint-Valentin? Cette fête que l’on se sent obligé de ne pas beaucoup… aimer mais où en même temps on se sent obligé de faire quelque chose, histoire de marquer le coup. C’est complexe, non? Surtout quand on est amoureux et qu’on a quand même envie de le montrer… J’ai donc préparé hier soir un petit repas pour mon amoureuse, même si le Meursault 1991 sorti de cave avait tourné et que le champagne appelé à le remplacer avait le goût de bouchon. Il y a des soirs où la malchance s’installe. Heureusement, le thon, lui, était à la hauteur de l’entrée.

Pour trouver le thon juste, il ne faut pas lésiner, le choisir d’un beau rouge foncé synonyme de fraîcheur, ne pas fréquenter de vagues officines où on le vend en promotion à prix cassé. Mon poissonnier favori l’avait coupé en tranches fines, je l’ai simplement posé bien à plat sur des assiettes. Je l’ai arrosé généreusement mais pas trop de jus de citron vert, d’une belle huile d’olive qu’on avait achetée en Provence cet automne, de gros sel et de quelques tours de moulin à poivre. J’ai ciselé de la coriandre fraîche que j’ai déposée avec attention. Et voilà. Simple comme l’amour.